mardi 7 mars 2017

Blog de marqueterie Boulle .

 La Bruyère, qui avait le jugement si fin et si exquis à tant d'égards, a traité fort mal les collectionneurs, parce qu'il ne comprenait rien aux collections. Selon lui, « la curiosité « n'est pas un goût pour ce qui est bon ou ce qui est beau, « mais pour ce qui est rare, unique, pour ce qu'on a et ce que « les autres n'ont point ; » selon lui, « ce n'est pas un attache« ment à ce qui est parfait, mais à ce qui est couru, à ce qui " est à la mode. .»

 Certes, La Bruyère eût bien changé d'avis, s'il avait pu admirer la collection dont je veux parler ici, s'il avait pu connaître les collectionneurs dont j'aime à faire l'éloge. Les objets qui composent ces pages  sont rares, sans doute, mais leur rareté ne fait pas leur seul mérite : ils sont beaux, la plupart ; quelques-uns sont parfaits; de plus, ils n'étaient pas même à la mode, lorsque les collectionneurs commençaient à les rassembler avec une passion éclairée et délicate, qui s'était éveillée en eux, en même temps que le goût et le sentiment des arts. Ce. n'est pas là, en effet, une de ces collections qui accusent le caprice d'un maniaque ou la prodigalité d'un fou.

Cette collection de meuble de marqueterie Boulle ne s'est formée qu'à force de recherches et de persévérance,

1 commentaire:

  1. C'est exactement ce que je pense
    Et qui fait la différence entre un amateur éclairé comme Pierre Bergé et Yves saint Laurent et et d'autres qui ont eu à coeur de sauver des objets magnifiques tandis que certains helas collecti collectionnent des objets sans âme ni beauté auxquels ils donnent une valeur disproportionnée et invraisemblable.
    Quelle tristesse.
    Réveillons nous!!!

    RépondreSupprimer