mercredi 3 juin 2015

L’ameublement du salon d’Apollon, XVIIe-XVIIIe siècle Dessiné par Jean Berain



Si le salon d’Apollon brillait par sa fonction de salle du Trône, il rayonnait par l’ameublement qui s’y trouvait sous l’Ancien Régime. Reflet de l’orgueil des souverains qui rivalisèrent de luxe et de prodigalité, il fut le miroir de la grandeur du royaume. Admirée en son temps, imaginée à présent, car vidée par les révolutionnaires, la salle du Trône fascinait, tant par le luxe qui s’y déployait que par les événements qui s’y déroulèrent.

 "Le trône de bois argenté été placé sur une estrade à l’extrémité sud de la galerie des Glaces. On distinguait deux des quatre figures d’argent représentant Cupidon qui forment le piétement, ainsi que les trois autres figures d’argent sur le dossier cintré. Les guéridons à figures, ainsi que les torchères, tables et vases témoignaient de la richesse du mobilier d’argent qui ornait la galerie mais aussi le grand appartement du Roi."





Si l’ameublement des résidences royales exprimait le faste du pouvoir, celui du salon d’Apollon en fut le parangon : l’exubérance du mobilier d’argent et surement celui des meubles de marqueterie Boulle ,puis la magnificence du mobilier de bois doré n’eurent d’égale que la somptuosité des textiles qui contribuèrent à faire de cette pièce un écrin digne de la Couronne, dont elle exaltait le prestige.

Archives et témoignages de contemporains éblouis par tant de splendeur permettent aujourd’hui d’appréhender les différents états que connut l’ameublement du salon d’Apollon des années 1680 à la veille de la Révolution.

source :Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire