jeudi 30 janvier 2014

PAIRE DE FEUX En bronze finement ciselé et doré



RARE PAIRE DE FEUX En bronze finement ciselé et doré à décor d'obélisques, les côtés ornés de sphinx. Décor d'attributs militaires, coquilles et festons. Les bases à léger ressaut présentent des masques d'hommes (barbus) soulignés de frises à palmettes. Pieds en volutes. Attribué à André Charles BOULLE.  Époque Louis XIV. Hauteur : 34,5 cm - Largeur : 20,5 cm - Profondeur : 10 cm.  Provenant d'un Château de l'Eure. Ce modèle de chenets fut créé par André-Charles Boulle à la fin du règne de Louis XIV. Il apparaît dans le recueil de planches gravées publié par Mariette vers 1715-1720 concernant les Nouveaux Desseins de meubles et ouvrages de bronze et de marqueterie inventés et gravés par André-Charles Boulle.

 Les documents d'archives semblent valider un renouvellement des formes des créations de l'ébéniste au cours de cette période ; en effet, lors de l'incendie de l'atelier de Boulle le 30 août 1720 sont inventoriés huit feux ou grilles différentes pour des cheminées, sur des modèles neufs qui peuvent correspondre à la planche VI du recueil de Mariette nommée Differents desseins de Feux ou Grilles pour cheminées (reproduite dans H. Ottomeyer et P. Pröschel, Vergoldete Bronzen, Band I, 1986, p.68, fig. 1.10.1 ; voir la reproduction). Afin de réaliser ces chenets, Boulle réemploie les modèles de sphinx dont il avait orné certaines pendules de sa création, particulièrement la composition des pendules dites à l'Enlèvement de Cybèle dont un exemplaire est conservé au Cleveland Museum (H. Ottomeyer et P. Pröschel, op. cit., 1986, p.43, fig. 1.3.3).  De nos jours quelques rares exemplaires sont répertoriés : citons particulièrement celui vendu à Paris, Palais Galliera, le 6 février 1967, lot 33, puis repassé en vente à Monte-Carlo, Ader, Picard, Tajan, le 11 novembre 1984, lot 123 ; ainsi qu'un second, anciennement dans la collection de Monsieur et Madame Luigi Anton Laura (vente Sotheby's-Poulain Le Fur, Paris, le 27 juin 2001, lot 13). Au XVIIIe siècle, les mentions de ce modèle de chenets sont rares et les tentatives de rapprochement paraissent parfois hasardeuses. Ainsi M. Samoyault, puis J.N. Ronfort, ont proposé de reconnaître dans la mention d'un « feux décorés de sphinx » citée lors de l'inventaire après décès de Paulin Pondre, client de Boulle, un premier exemplaire ; puis un second dans l'inventaire de Pierre Gruyn en 1732 décrit comme « une grille à feux de sphinx ». Il faut toutefois considérer que d'autres modèles de feux décorés de sphinx de la même période sont connus, ce qui empêche une identification certaine. Un autre document semble plus convaincant puisque le nom de l'ébéniste est mentionné ; il s'agit du lot 143 de la vente de l'Abbé Leblanc en 1781, vendu 161 livres à Lebrun : «…un feu de Boulle, composé de deux sphinx, posés sur des draperies, ornées de trois masques… » ; cependant, il n'est fait aucune mention de l'aspect pyramidal des objets ce qui une nouvelle fois ne permet pas de reconnaître précisément le modèle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire