jeudi 22 novembre 2012

Cartel appelée « tête de poupée »





autre Cartel sans ses bronzes
 
 
Cette pendule en marqueterie « boulle » appelée « tête de poupée » représente précisément la luxueuse production horlogère de la fi n du règne de louis xiv. ce modèle, totalement novateur, dont les prémisses sont visibles dès la fi n du xvie siècle, adopte un jeu savant de courbes et de contre-courbes. la forme violonée, aux côtés renfl és, est ponctuée de quatre toupies en bronze ciselé et doré. deux fl eurettes soulignent les volutes créées par cette forme souple et dynamique. un fronton arrondi couronne l'ensemble et s'agrémente d'un globe en bronze ciselé et doré encadré d'enroulements, de lambrequins et de guirlandes végétales. quatre pots-à-feu disposés aux extrémités complètent cette ornementation supérieure. l'ensemble repose sur quatre pieds griffes en bronze ciselé et doré. la caisse, aux contours singuliers, est décorée d'une marqueterie « boulle » qui se déploie sur son ensemble. par ces incrustations de cuivre et d'étain sur un fond d'écaille rouge, l'artiste a fait jouer subtilement les couleurs et fait contraster l'ensemble de ces matériaux par un très fi n décor incrusté et gravé de rinceaux et d'arabesques parcourant la façade et les côtés de notre pendule. cette ornementation se prolonge sur la base à doucine ceinte de trois baguettes à motifs feuillagés soulignant les moulures. un médaillon en cuivre prend place au centre du fronton ; en partie basse, un dais reprenant les lambrequins du sommet rompt le décor tourbillonnant des arabesques. le cadran est constitué de douze pièces d'émail indiquant les heures en chiffres romains qui se détachent sur un fond de laiton doré, gravé avec la plus grande fi nesse de rinceaux et de feuillages ponctués de visages grimaçants. un superbe cartouche à enroulements précise le nom de notre horloger et présente un masque d'homme vue de face à l'amortissement. le grand soin apporté à ce cadran est remarquable également sur les aiguilles en métal fi nement ajourées reprenant les motifs végétaux du cadran. comme le veut la grande tradition horlogère sous louis xiv, la petite aiguille affl eure le cercle intérieur des heures et la grande, le cercle extérieur du cadran. notre oeuvre traduit parfaitement l'évolution du goût des grands amateurs de la fi n du xviie siècle. a cette date, sous l'impulsion d'ornemanistes comme daniel marot (1663 - 1752), les artistes délaissent progressivement les caisses droites et massives pour évoluer vers des formes plus souples et chantournées comme en témoigne cette « tête de poupée ». au regard de la richesse des matériaux utilisés, de leur rareté et de la qualité de réalisation, cette pendule devait probablement appartenir à un haut dignitaire du royaume. a ce titre, madame de maintenon en possédait une similaire à celle que nous présentons dans son cabinet de travail et aujourd'hui conservée au château de fontainebleau. Maître Horloger à Paris entre 1681 et 1695 Epoque Louis XIV, fi n du XVIIe siècle MATÉRIAUX Ebène, écaille rouge, cuivre, étain et bronzes Signature sur le cadran et le mécanisme « Pierre Margotin, Paris » H. 54,5 cm, L. 29 cm, P. 16 cm

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire