dimanche 10 juin 2012

Placages et bois précieux


La prédominance des meubles en ébène marquetés de cuivre et d'écaille ne doit pas faire oublier les fabrications en placage et en marqueterie de différentes essences de bois. Dans l'Abecedario Pittorico, publié en 1719 à Florence, la notice consacrée à Boulle (le seul ébéniste cité dans l'ouvrage) précise qu'il utilisait des bois des Indes et du Brésil pour réaliser des "sortes de fleurs, de fruits et d'animaux, composant des scènes de chasse, de bataille et de mode, le tout accompagné d'ornements d'un goût très raffiné, enrichis de bronze et devant servir pour des tables, des bureaux, des coffrets". Le musée du Louvre et celui de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg possèdent chacun une grande armoire typique de Boulle, en ébène marquetée de cuivre et d'étain sur fond d'écaille, dont les deux portes sont ornées d'un vaste panneau de très fine marqueterie de fleurs en bois de couleur.

Boulle a également pratiqué le placage de bois de violette en motifs géométriques d'une très grande sobriété. Pierre Verlet en a trouvé la preuve dans l'inventaire, que l'ébéniste a dressé lui-même, des meubles détruits par l'incendie de son atelier en 1720. Cette découverte lui a d'ailleurs permis d'attribuer à Boulle une commode à deux rangs de tiroirs, sur pieds cambrés, que possède le musée du Louvre. Une commode semblable faisait partie des collections du château de Mentmore, dispersées aux enchères le 19 mai 1977 ; une autre a été vendue à Paris en 1979 ; une troisième est indiquée dans la collection de Vogüé de Dijon.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire