vendredi 18 mai 2012

PANNEAU AUX ARMES DE FRANCE D'EPOQUE LOUIS-PHILIPPE

 
Ebène incrusté d'écaille, cuivre, étain, nacre et ivoire, à décor de feuillage, branchage de lierre parmi des entrelacs, des cartouches enserrant des trophées aux écoinçons
Hauteur : 54 cm. (21 1/2 in.), Largeur : 43 cm. (17 in.)

A LOUIS-PHILIPPE EBONY, BRASS, PEWTER, TORTOISESHELL, MOTHER-OF-PEARL, AND IVORY INLAID PANEL WITH THE FRENCH COAT-OF-ARMS

La Charte de 1830 fonde la Monarchie de Juillet issue des Trois Glorieuses des 27, 28 et 29 juillet 1830. Le nouveau régime de monarchie parlementaire en fait un symbole à partir d'une Ordonnance du 26 février 1831 énonçant : À l'avenir, le sceau de l'État représentera un livre ouvert portant à l'intérieur ces mots "Charte de 1830", surmonté d'une couronne fermée, avec le sceptre et la main de justice en sautoir, et des drapeaux tricolores derrière l'écusson, et pour exergue "Louis-Philippe Ier, Roi des Français. Les armes de la France seront ainsi représentées jusqu'à l'abdication de Louis-Philippe, le 24 février 1848.
Le décor de rinceaux de feuillage, le lierre parcourant des entrelacs stylisés, les écussons enserrant des trophées, inscrivent ce panneau dans le courant néo-Renaissance de la période Louis-Philippe, marqué également par le goût des meubles d'ébène incrusté de métal, d'ivoire, de nacre ou d'écaille. Probablement œuvre de commande, ce véritable chef d'œuvre de marqueterie, est à rapprocher par son décor d'une paire de guéridons livrée le 8 août 1838 par Louis-Edouard Lemarchand (1795-1872), ébéniste officiel du duc d'Orléans, pour le nouveau salon de famille du Grand Trianon, (illustré dans le catalogue d'exposition « Un âge d'or des arts décoratifs, 1814-1848 », Paris, Galeries nationales du Grand-Palais, 10 octobre-30 décembre 1991, p.249, cat. 121). En ébène, leur plateau est incrusté de cuivre et d'étain gravé.




Estimation 8 000 - 12 000 € artcurial

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire