vendredi 23 mars 2012

Bureau Brisé de Alexandre-Jean Oppenordt (1639–1715)



Bureau ( Bureau brisé ) , ca. 1685
magnifique bureau brisé (1685) qui provient du bureau de Louis XIV à Versailles. C’est l’œuvre de l’ébéniste Alexandre Jean OPPENORDT. Il utilise de l’écaille de tortue. Le merveilleux décor symbolique à la gloire de Louis XIV est de la main du plus grand ornemaniste de l’époque, Jean BERAIN.



Small Desk with Folding Top (Bureau Brisé)



Small Desk with Folding Top (Bureau Brisé)



Small Desk with Folding Top (Bureau Brisé)



Small Desk with Folding Top (Bureau Brisé)
chêne, pin, noyer et placage d'ébène, palissandre, et marqueterie de laiton gravé sur écaille de tortue; bronze doré, de l'acier
H. 30 3/8 po (77,2 cm), W. 41 3/4 po (106 cm), D. 23 3/8 po (59,4 cm)
Small Desk with Folding Top (Bureau Brisé)
dessin de Jean Berain ( Saint-Mihiel 1640–1711 Paris) et le monogramme L croisée
Small Desk with Folding Top (Bureau Brisé)
Metropolitan Museum of Art
This desk, with a folding top that opens to reveal a small writing surface, is one of the few surviving pieces commissioned for the personal use of Louis XIV. It was one of a pair intended for the king's petit cabinet, a small private room in the north wing of Versailles. The decoration on the top incorporates such royal symbols as the crown, the crossed L monogram, and the mask of Apollo, the sun god to whom Louis XIV likened himself. The four corners display openwork fleurs-de-lis, symbolizing the French monarchy, with lyres, the musical instrument of Apollo, between them


Ce bureau, avec un abattant qui s'ouvre pour révéler une surface d'écriture  plus petite, est l'un des rares meubles survivants commandés pour l'usage personnel de Louis XIV. Il était l'une des paires de"petit coffret" destiné  un petit salon privé dans l'aile nord de Versailles. La décoration sur le dessus intègre ces symboles royaux que la couronne, le monogramme L croisée, et le masque d'Apollon, le dieu du soleil à qui Louis XIV lui-même comparé. Les quatre coins afficher ajouré fleurs de lys, symbole de la monarchie française, avec des lyres, l'instrument de musique d'Apollon, entre eux.

Le bureau appartient à un type de mobilier appelé bureau brisé (littéralement, "bureau cassé"). Le haut est articulé à ouvrir, ou «casser», le long de sa largeur pour révéler un intérieur équipé, plaqué en bois de rose brésilien, qui se compose d'une surface d'écriture à l'étroit avec quatre tiroirs à l'arrière. Le bureau brisé origine en 1669 et a continué à être fait jusqu'à ce début du XVIIIe siècle, quand un grand bureau à sommet plat, le bureau plat , qu'il a remplacé.
 


Ébéniste français d'origine néerlandaise (dans la Gueldre 1639-Paris 1715).
Émule de Boulle, il travailla aux Gobelins et exécuta notamment douze cabinets de marqueterie pour les médailles du roi à Versailles.

Son fils Gilles Marie, architecte et ornemaniste (Paris 1672-Paris 1742), séjourna à Rome de 1692 à 1699. À Paris, il travailla à l'église Saint-Sulpice, mais s'imposa surtout dans la décoration d'appartements (Palais-Royal, pour le Régent). Ses dessins, gravés par Gabriel Huquier, contribuèrent à la formation du style rocaille.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire