mardi 17 janvier 2012

Nicolas Sageot (1666-1731)



Une écaille de tortue incrusté de laiton et première-et de contre-partie marqueterie Boulle commode attribuée à Nicolas Sageot (1666-1731)

L10309_60_lr_1
le plateau rectangulaire avec des coins incurvés-dessus d'un serpentin avant avec trois courts et deux tiroirs de longues incrustés avec des dessins Berainesque, sur pieds sabot
L10309_60_lr_2
L10309_60_lr_3
L10309_60_lr_4
L10309_60_lr_5
première et contre-partie  de Nicolas Sageot (1666-1731).
 Louis XIV, vers 1700.
photo courtesy Sotheby's











L10309_60_lr_6
La commode à Chatsworth House. Photo: gracieuseté de Sotheby

LITTÉRATURE COMPARÉE : Peter Hughes, The Wallace Collection, catalogue de mobilier , vol. II, 1996, n ° 137 (F39), p. 639 et n ° 139 (F408), p.649.
Seymour de Ricci, Louis XIV et Régence , Allemagne, 1929, p. 122.
Il ya un groupe de haute qualité Louis XIV en laiton meubles marquetés à Chatsworth, dont certains ont été probablement acheté par William Cavendish, 2e duc de Devonshire (1672-1729).
Il est fort probable que cette commode impressionnante a été exécuté par Nicolas Sageot (1666-1731), reçu maître en 1706.
Cette commode porte des similitudes frappantes avec les commodes provisoirement attribués à Nicolas Sageot à la Wallace Collection, Londres, illustré par Hughes, op. cit ., p. 639, n ° 137 (F39) et n ° 139 (F408), p. 649. La datation de la commode Wallace, pas de. 137, (F39), illustré par Hughes , op. cit ., p. 639, et la commode à présent vers 1700, est suggéré par la forme rectiligne et pilastre comme vers l'extérieur des jambes inclinées comme celles de fin du 17 ème siècle, des bureaux. La commode (F39), dans la collection Wallace, est la même forme, avec marqueterie de la même conception sur ses côtés, à une vente Sotheby, Monaco, 2 Juin 1986, beaucoup 461, la marqueterie sur le dessus de ce qui est identique à que sur une table à écrire estampillée par Sageot dans la collection royale, Stockholm. Il ya une liaison supplémentaire entre F39 dans la collection Wallace et Nicolas Sageot, que la marqueterie sur les côtés de la chaise percée est de pratiquement la même conception, que sur les moitiés inférieures des portes de deux armoires, le premier estampée Nicolas Sageot et le seconde estampillée NS . La conception même apparaît également sur ​​les portes de trois armoires d'autres attribués à Sageot.
Le sommet sur la commode Wallace Collection et qui a offert ici sont presque identiques à l'exception des figures centrales sur l'ex-qui représentent Vénus et Cupidon et de la décoration sur les côtés est aussi pratiquement identiques.
La raison pour laquelle Peter Hughes , op. cit., ne fait qu'une attribution provisoire pour Sageot, c'est qu'il était connu pour avoir employé coupeurs de marqueterie de l'extérieur de son atelier, comme Toussaint Devoye (actif c. 1706-1748), dont la marqueterie apparaît également sur ​​les meubles par d'autres ébénistes.
En outre, le Wallace commode n ° 139 (F408) est également comparable à la commode présents dans de nombreux autres égards bien qu'il existe quelques variations dans la forme générale et les détails de la marqueterie.
La marqueterie du dessus et les côtés de ce groupe de commodes sans doute tirer à partir de dessins de Jean Bérain (1640-1711).



Nicolas Sageot: d'abord enregistré à Paris en 1698, a atteint son Sageot maîtrise en 1706 et a été fondée dans le faubourg Saint-Antoine. Il a évidemment connu une expansion rapide de son activité économique, que par 1711, il a amassé 12.000 livres, presque tous en stock en trade.The caractère extensif de son entreprise est révélée par la vente en 1720 à Léonard Prieur " Marchand Mercier Grossier Joaillier Privilégié Suivant la Cour " de 16.000 livres de dollars de meubles, constitués d'un large éventail de armoires, bureaux et commodes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire