lundi 30 janvier 2012

Guéridons ou torchères



Dressé de chaque côté d'une table ou d'un meuble et de décoration, ces  guéridons ou torchères , aurait soutenu candélabres. Beaucoup d'éléments de la conception, tels que la dorure, têtes de bélier en bronze et des masques, apparaissent à la fois sur les dessins et les gravures du célèbre ébéniste André-Charles Boulle, qui a travaillé dans la fin des années 1600 à Paris.

 Un catalogue de 1777 de la vente du financier Louis-Randon de Boisset décrit  exactement des torchères de même hauteur et  de cette même forme inhabituelle. la Vente de Boisset s'est  tenue à Paris dans les années 1700. Sa collection, qui comprenait au moins 230 peintures et cinquante pièces de mobilier de Boulle, a été vendu pour une somme record de 1.320.149 livres.


Paire de torchéres attribués à Boulle vers 1680
Noyer et chêne placage d'ébène, d'écaille, d'étain, de laiton, et de corne teinté bleu, et monté de bronze doré 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire