lundi 21 novembre 2011

Aubertin Gaudron


Rare cartel aux parques en marqueterie d’écaille brune, laiton, placage d’ébène et bronze doré d’époque Louis XIV, vers 1700, attribué à André-Charles Boulle, Le cadran et le mouvement signés Gaudron à Paris. Estimation : 100 000- 150 000 € © Sotheby’s/ArtDigital Studio



Aubertin Gaudron (vers 1670-1713)
Qualifié de maître-menuisier en ébène, Aubertin Gaudron (ou Gauderon) fut l’un des principaux fournisseur du garde-meuble royal français entre 1687 et 1713.
Il réalise de nombreux meubles dont une grande armoire pour l'antichambre du roi à Marly, l'estrade de la chambre de la Dauphine, le mobilier du Duc de Bourgogne...
Il fut également le fournisseur de Monseigneur de Béthune, du Prince de Condé, du duc de Chartres and du duc d'Anjou.

Il disposait d’un atelier rue saint Honoré à Paris.
Aucune œuvre n’est aujourd’hui formellement identifiée comme d’origine royale même ni le style de l’ébéniste tend à être mieux cerné.
Il aurait signé ses œuvres de ses initiales AG, marque retrouvée sur plusieurs meubles d’époque Louis XIV.

Il travailla les mêmes matières et dans un style proche de son confère Charles André Boulle :
marqueterie de bois précieux ou de métal.

Il livra ainsi une paire de bureaux au Garde-Meuble royal le 16 Novembre 1688.
Destinés à l’appartement de Madame de Maintenon à Versailles, ils sont décrit comme :

-« deux bureaux de marqueterie de bois à fleurs de rapport ayant chacun sept tiroirs et une armoire dans le milieu fermant à clef dont les entrées des serrures sont de bronze doré, au dessus est representé un vase pleins de fleurs posé sur une table d'attente aux oiseaux et papillons portez par 8 piliers en termes avec bazes det boulles dorées, les bureaux ont chacun 3 pieds 10 pouces de long 28 pouces de large sur 29 pouces de hauteur »

Un bureau très proche de cette description est conservé au musée de Stockholm en Suède.

D’autres artisans nommée Gaudron sont connus pour avoir produit des horloges et pendules :
- Antoine Gaudron (vers 1640-1714) reçu maitre horloger à Saint-Germain-des-Prés entre 1660-1665 puis à Paris en 1675
- Pierre Gaudron (mort en 1745) reçu maître horloger en 1695 et fut l’horloger du duc d'Orléans.

Sources :
Les ébénistes français de louis XIV a la révolution, Alexandre Pradére, Le Chêne
Le Mobilier français du XVIIIe siècle : Dictionnaire des ébénistes et des menuisiers, Pierre Kjellberg, Edition de l’amateur

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire