samedi 19 novembre 2011

REGULATEUR DE PARQUET


REGULATEUR DE PARQUET de forme chantournée en bois laqué noir, à incrustations de laiton doré en filets et décor arabesque sur le corps et les côtés. Le cadran en bronze ciselé et doré et émail blanc marquant les heures en chiffres romain bleu et les minutes en chiffres arabe. « Marqué Leblanc à Paris ». Mouvement dit au « Chevalier de Béthune ». Riche ornementation de bronze doré et finement ciselé à décor de coquilles déchiquetées, arabesques, guirlandes de fruits et fleurs tombantes sur le corps. Le cadran à entourage de bronze doré, à décor de coquille stylisée, enroulements d'acanthes, le tout sommé d'un sablier aux ailes d'aigle déployées. Epoque Régence. H 200, L 47, P 20 cm. Provenance : Château du Val de Loire. Bibliographie : Jean Nérée Ronfort (sous la direction de), André Charles Boulle, édition Somogy, Paris, 2009. Le motif du sablier ailé est un modèle crée par André Charles Boulle qui se retrouve dans de nombreux dessins réalisés pour des projets de régulateur ou pendule. Né à Paris d'un père menuisier d'origine hollandaise, André-Charles Boulle est reçu maître ébéniste avant 1666. En 1662, Colbert le désigne au roi, Louis XIV, comme «le plus habile de Paris dans son métier» et lui obtient le privilège royal d'un logement au Louvre. Il reçoit alors le brevet d'ébéniste, ciseleur, doreur et sculpteur du roi, qui lui permet d'exercer la double activité de bronzier et d'ébéniste, au mépris des règles des corporations. En 1677, il épouse Anne- Marie Leroux qui lui donne sept enfants dont quatre fils, tous ébénistes. En 1715, il leur fait donation de son affaire et de ses biens. Les ateliers Boulle prospèrent jusqu'en 1720 où ils sont détruits avec leur stock de meubles. On y comptait alors une trentaine d'ouvriers dont vingt établis pour l'ébénisterie et six ouvriers pour le bronze. Malgré son succès, Boulle connaît tout au long de sa carrière des difficultés financières en raison des nombreux achats qu'il effectue au profit de sa collection de dessins, d'estampes et de médailles.

1
André-Charles Boulle travaille pour les Bâtiments du Roi, exécutant des meubles destinés au roi Louis XIV, à la reine et au Grand Dauphin. Il réalise ainsi le décor en marqueterie (aujourd'hui détruit) de l'appartement du Grand Dauphin reconnu comme un chef-d'oeuvre par ses contemporains. Outre la famille royale, il compte parmi ses clients des financiers, des ministres et de hauts fonctionnaires comme Pierre et Antoine Crozat, Pierre Thomé, Etienne Moulle, le ministre Louvois ou l'intendant du Garde-Meuble Moyse Augustin de Fontanieu, mais aussi de grands personnages comme le cardinal de Rohan, le duc d'Orléans, futur Régent, ou le duc de Bourbon. Sa réputation s'étend aux cours étrangères. Il reçoit ainsi des commandes du roi d'Espagne Philippe V ou du prince Maximilien-Emmanuel de Bavière. L'étendue de sa production est difficilement imaginable, étant donné que Boulle ne signait jamais. Quelques meubles seulement peuvent lui être attribués avec certitude grâce aux archives et au recueil de modèles Nouveaux desseins de meubles et ouvrages de bronze et de marqueterie inventés et gravés par André-Charles Boulle, publié chez Mariette vers 1707. Projet de caisse de régulateur par André-Charles Boulle. Musée des Arts Décoratifs, Paris

Estimation : 25 000 - 30 000 €
Résultat de la vente : 25 000 €

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire